Dimanche soir, 21h, vous venez de passer les 5 derniers jours à travailler plus de 10h par jour, week-end compris, pour que votre événement soit à la hauteur. Ce dernier a été un réel succès, certes mais vous êtes épuisé ! Être organisateur d’événement n’est pas un métier facile et il faut être prêt à ne pas compter ses heures. Mais attention, comme chaque professionnel, l’organisateur est protégé par la loi et bénéficie d’un droit de récupération notamment. Histoire de vous aider à y voir un peu plus clair, Eventdrive a fait ses petites recherches pour vous aider à comprendre le micmac légal autour de votre profession.

LA RÉCUPÉRATION DES HEURES, C’EST QUOI ?

Si vous êtes amené à dépasser le nombre d’heures prévues dans votre contrat, vous avez le droit de les récupérer ou d’être rémunéré. Selon votre convention, les heures supplémentaires peuvent être, majorées de 25%. Attention, les heures récupérées seront, elles, payées normalement et non pas comme des heures supplémentaires.

Tout salarié doit bénéficier d’une période de repos quotidien entre deux journées de travail. La durée légale de repos est d’au moins 11 heures consécutives. Cependant, des dérogations à cette durée peuvent être fixées par convention ou accord. Si vous terminez à 23h, vous devez impérativement commencer votre journée suivante après 10h.

 

LES JOURS FÉRIÉS

Selon le code du travail, le salarié peut se voir imposer de travailler un jour férié. Aussi un refus de sa part pourrait être sanctionné. Cependant, une grande partie des conventions collectives prévoit le repos des jours fériés.

On retrouve deux cas exceptionnels :

  • le 1er mai, il est impossible pour l’employeur de demander à ses salariés de travailler
  • les salariés et apprentis de moins de 18 ans ne doivent pas travailler un jour férié.

Si l’organisateur d’événements travaille un jour férié, il ne bénéficiera pas d’une majoration de salaire ou d’indemnités, sauf en cas de clause contractuelle ou conventionnelle.

On retrouve un cas exceptionnel : le 1er mai est payé double.

LES WEEKENDS

Un organisateur d’événements ne peut travailler plus de 6 jours par semaine. Ainsi un jour de repos d’au moins 24 heures,  lui est accordé par semaine, en général le dimanche.

Si votre contrat prévoit 35 heures de travail hebdomadaires, vous ne devez pas dépasser ce nombre d’heures à moins de bénéficier d’heures supplémentaires rémunérées ou d’un repos compensateur… Si vous travaillez exceptionnellement un samedi pour une demi-journée alors que vous aviez déjà atteint vos 35 heures hebdomadaires, vous bénéficierez d’une demi-journée de repos ou d’une rémunération liée aux heures supplémentaires.

LES POINTS DE VIGILANCE

Première chose : pensez à bien déclarer vos heures travaillées pour bénéficier des heures supplémentaires rémunérées.

 Second point : vos vacances. Comme n’importe quel salarié français, l’organisateur d’événements bénéficie de 25 jours de vacances, soit 5 semaines de congés payés. Parfois, certaines entreprises proposent également l’annualisation du temps de travail et donc des jours de récupération plus connus sous le nom de RTT. C’est une forme de récupération, commune et beaucoup plus réglementée, car plus fixe. Prenez donc bien le temps de vérifier votre contrat 

Vous souhaitez organiser des événements impactants ?
Contactez-nous pour en savoir plus sur notre solution !

 

Les règles autour du métier d’organisateur d’événement sont parfois un peu floues, mais pas de panique, la profession est également réglementée. N’hésitez pas à consulter les textes officiels (qui sont notamment disponibles sur Légifrance) afin d’avoir toutes les réponses à vos questions. Mais une chose est sûre : certes, vous travaillez à des horaires différents et cumulez probablement plus d’heures dans la journée, mais vous avez le droit au temps de récupération comme n’importe quel salarié.

Source : service-public.fr